La pierre d’alun : des risques pour votre santé

On le sait aujourd’hui, les sels d’aluminium qui entrent dans la composition des déodorants ne sont pas sans danger. Ils seraient notamment soupçonnés de provoquer des cancers et la maladie d’Alzheimer. Depuis cette prise de conscience par les consommateurs, l’industrie de l’hygiène à remplacé la composition de ses déodorants par la pierre d’alun, réputée sans danger.

Et si on nous mentait?

La pierre d’alun est certes naturelle (on la trouve d’ailleurs sous sa version « brute » dans certains magasins bio ou des grandes surfaces), mais ce qui est naturel n’est pas toujours sans danger!
En fait, la pierre d’alun contiendrait un sel double d’aluminium et de potassium!

Comment elle agit

En fait, la pierre n’est pas dangereuse si elle est frottée sèche sur la peau. C’est l’humidification de la peau qui provoque la libération des sels d’aluminium qui vont bloquer la sueur, mais surtout laisser pénétrer les sels par les pores de la peau. Lorsque la peau est abîmée par le rasage ou l’épilation, l’effet est grandement amplifié.

Comment la repérer

Attention au vocabulaire! S’il y a écrit « antitranspirant », le produit contient des sels d’aluminium.

Les alternatives saines

C’est la dégradation de certaines bactéries qui provoquent la mauvaise odeur, pas la transpiration. Pour pallier ces inconvénients, il faut resserrer les pores de la peau avec de l’alcool ou des agents antibactériens associés à des huiles essentielles pour l’odeur ou des eaux florales astringeantes. (Je pense notamment aux déodorants  » Weleda  » , à la sauge, et au « Net et Frais » de Bourgeois en grande surface).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *