Se repérer dans les différentes catégories de jus de fruits

Le premier décret visant à régir l’industrie des jus de fruits date de 1938. Ce premier décret a été suivi du décret du 16 mai 2010 qui indique ce que doit être un jus de fruits ou de légumes et éclairer les consommateurs. D’autres décrets ont suivi, notamment au niveau européen.

Les principales catégories de jus de fruit

Nous verrons dans ce billet ce que doit être un jus suivant sa catégorie et en fonction de l’étiquetage présent sur la bouteille, en nous attachant aux trois appellations principales que sont les « pur jus 100% » ou le « 100% pur jus », le jus « à base de concentré », et enfin, le « nectar de fruit ».

Les « pur jus 100% » ou les « 100% pur jus »

Sous cette étiquette, nous trouvons le jus le plus pur, celui ne contenant que le fruit mûr pressé et directement mis en bouteille. Ce jus-là s le meilleur, il ne contient ni sucre ajouté ni additif. Il peut contenir de la pulpe ou non. Le jus d’orange est le plus commercialisé, sous cette catégorie,mais l’étiquette n’indique pas d’où proviennent les oranges.
Attention, si vous trouvez la mention « 100% pur fruit pressé » sur certains emballages il ne s’agit pas d’une mention légale, il s’agit juste d’une reconnaissance d’n organisme qui contrôle l’ensemble de la filière, l’organisme interprofessionnel des jus de fruits.

Les jus à base de concentré

Cette fois, votre jus est agrémenté d’eau, après une série de transformations complexes qui le font passer de la déshydratation sur le lieu de récolte au refroidissement et à la congélation. Ainsi déshydraté, le jus est plus facilement transporté. Une fois à destination, il est réhydraté et additionné de sucre.
Attention aux appellations »100 pur jus » et « teneur en fruit 100%: la première est interdite sur les emballages de jus à base de concentré tandis que la seconde est tolérée. Elle a juste pour but de distinguer les jus à base de concentré des nectars, dont nous allons examiner la nature ci-après.

Les nectars de fruits

Pas plus de 25% de fruits dans ces jus-là, quand les fruits qui le composent sont peu juteux (banane, goyave, abricot, pêche, etc.) ou 50% ou plus pour les fruits juteux comme les agrumes et les fruits rouges. On réduit le fruit en purée et on ajoute de l’eau et pas mal de sucre (de l’ordre de 20%). Le sucre ajouté doit être mentionné sur l’étiquette.

Une dernière remarque: la mention « sans colorant ni conservateur » ne garantit absolument pas une qualité supérieure, car la réglementation exige que les colorants et conservateurs soient de toute façon interdits dans les jus et les nectars de fruits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *