Le poisson meilleur que la viande pour la santé ?

Il existe de nombreuses espèces de poissons dont une centaine environ sont utilisées dans la cuisine. Découvrez tous les avantages que procure la consommation de poisson pour remplacer la viande.

Le poisson est bien mieux que la viande

Dans le cadre d’une alimentation conçue pour la santé, le poisson présente, par rapport à la viande et à la volaille, des avantages incontestables :

  • il vit (dans sa majorité) à l’état sauvage et n’a pas subi de ce fait les injections d’hormones ou les divers traitements administrés couramment au bétail dans les élevages classiques.
  • Il est riche en protéines, mais pauvre en graisses saturées. Certaine poissons contiennent même des acides gras spécifiques qui aident à éliminer l’excès de cholestérol.
  •  Il est riche en minéraux, en oligo-éléments et en vitamines D et B12 ;
  • Sa chair plus tendre, moins grasse et moins salée que la viande, ne provoque pas autant de rigidité dans les tissus du corps, réduisant ainsi les tensions physiques et mentales
  • il se prête à une bonne variété de cuisson courtes et légères ; sa digestion est rapide et facile.
  • Il se marie bien, au repas, avec les céréales complètes (il est excellent avec le riz par exemple), ce qui n’est pas le cas de la viande.

Nous ne consommons pas assez le poisson qui est une source importante d’oméga 3. Deux repas de poisson gras par semaine permettent de fournir l’apport recommandé en oméga-3, c’est d’ailleurs ce que recommandent les experts en nutrition.

Et rappelons que les oméga 3 sont des excellents moyens préventifs contre les maladies cardio-vasculaires et certains cancers.

Notons aussi que le poisson est un excellent coupe-faim.

Mais comment choisir ses poissons ?

Les poissons d’eau douce

Les plus connus sont la truite et le saumon qui sont disponibles chez tous les poissonniers. D’autres comme la carpe, l’anguille, la perche ou le brochet sont plus difficiles à trouver.

Les poissons d’eau douce contiennent moins de minéraux et d’oligo-éléments (iode en particulier) que les poissons de mer.

Les poissons maigres à chair blanche

Ils conviennent tout spécialement aux personnes qui veulent réduire leur consommation de graisses tout en gardant un bon apport de protéines. Ce sont la limande, la sole, le merlan, le cabillaud, le lieu noir et jaune, ou encore le turbot, le loup, la lotte, la raie ….

Les poissons bleus

Les plus connus sont le hareng, la sardine, le maquereau, l’anchois : plus gras que les précédents, leur principal avantage réside dans le fait qu’ils sont très riches en vitamine B12.

Ceci est très important pour les personnes qui ne mangent ni viande, ni œufs, ni laitage, car il n’y a pas de vitamine B12 (en quantité significative) dans les végétaux.

Nos critères pour choisir le poisson

Il nous semble préférable de choisir les poissons de taille petite ou moyenne plutôt que les gros poissons comme le thon, l’espadon, le requin ; ces derniers, situés en bout de chaîne alimentaire (ils mangent les poissons plus petits) concentrent de ce fait les polluants toxiques tels que les métaux lourds (mercure, plomb) par exemple.

Les fruits de mer

Crustacés et coquillages, bien qu’également riches en protéines, sont remarquables par leur absence de graisse (1 à 2 % seulement). Comme le poisson, ils assurent un excellent apport en minéraux et oligo-éléments atteignant parfois des taux record (les huitres en zinc ou les clovisses en fer, par exemple).

Le poisson dans la cuisine

Dans la cuisine, le poisson se prête à une grande variété de modes de préparations ; il peut être consommé :

  • cru mariné,
  • en soupe,
  •  cuit au court-bouillon,
  •  à la vapeur,
  • en papillotes,
  • à la poêle,
  • au four,
  • en friture
  • ou encore poché, grillé, braisé.

Sa chair tendre permet des cuissons très légères (comme poché dans un bouillon d’algues et de plantes aromatiques) convenant bien à un régime amaigrissant ou dépuratif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *