Antidépresseur: pour quels types de troubles ?

Un médecin vous a peut-être prescrit un antidépresseur et vous vous demandez pourquoi, surtout s’il ne vous a pas diagnostiqué une dépression et  vous ne voyez pas très bien le rapport. Or, il faut savoir que les antidépresseurs ne sont pas prescrits aujourd’hui qu’en cas de dépression, même si c’est bien sûr le cas. En pratique, ils sont utilisés pour soigner deux grands types de troubles: la dépression d’une part et les troubles anxieux d’autre part. Il se peut que vous reconnaissiez dans le descriptif des différents troubles détaillés ci-après. Allons-y pour un petit décryptage.

La dépression

La dépression est une maladie qui se caractérise par un état psychique prolongé au cours duquel on ressent de la tristesse intense, du désintérêt et un manque de plaisir pour les activités qui en procuraient auparavant, un état de fatigue physique et des troubles de l’appétit et des insomnies, de l’angoisse, une perte d’estime de soi, des troubles de la concentration, un grand pessimisme voire du désespoir.

Les troubles anxieux

Il y a quatre grands types de troubles que les antidépresseurs peuvent soigner dans les cas de troubles anxieux:

  1. le trouble panique: il s’agit de crises d’angoisse intenses qui se répètent et répondent à certains stimuli que le patient évite soigneusement, comme la foule,les endroits fermés, l’éloignement de chez soi. La personne en proie à ces attaques de panique a souvent l’impression de risquer la mort ou la folie.
  2. l’anxiété généralisée:la personne en proie à ce type d’anxiété souffre d’inquiétudes excessives et permanentes qui viennent troubler la vie quotidienne. elles imaginent  que des événements graves vont survenir, surtout concernant l’avenir (problèmes de maladies graves, d’argent, de travail).
  3. les troubles obsessionnels-compulsifs: il s’agit des fameux « TOC », caractérisés par des obsessions envahissantes et pénibles et/ou des compulsions (actes répétitifs et exagérés comme des vérifications ou des conjurations (prières, énumérations de chiffres, etc.)). Les obsessions concernent les risques d’erreur ou de fautes, les oublis, les risques d’accidents ou de maladies qui pourraient survenir si on ne se protège pas.
  4. la phobie sociale:dans ce type de trouble, la personne a peur des autres et évite certaines situations qui pourraient la placer sous le regard d’autrui. Elle a peur d’être jugée et de se trouver au centre de l’attention. Ce trouble est plus fort que la timidité car la personne se trouve réellement limitée dans son quotidien et ne voit pas ses problèmes se régler avec le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *