5 conseils pour une alimentation saine

Manger est un art. Et oui, un art. Mais en a-t-on vraiment conscience ? Je pense que non. Embarqués que nous sommes dans notre vie trépidante, dans l’abondance de denrées et dans l’abus des publicités, nous avons oublié ce que manger veut dire.

1- Réfléchissons : qu’est-ce donc que manger ?

C’est tout d’abord nourrir son corps, non ? Lui donner ce dont il a besoin pour fonctionner, pour réfléchir, pour bouger. Le nourrir c’est donc le respecter : lui donner les moyens d’être en forme, d’avoir pleinement accès à ses capacités et à son potentiel. Un corps mal nourri ne pourra pas exécuter les mêmes choses qu’un corps qui possède toutes les substances pour fonctionner. Un peu comme une voiture dont le réservoir est quasiment vide et qui ne roulera pas aussi longtemps qu’une voiture qui a fait le plein. Ou encore comme une voiture à essence qui si elle met à la place du diésel risque de nous « lâcher » en pleine course !

 

2- Comment concevoir une saine alimentation ?

Ce dont notre corps a besoin, c’est de nutriments, de minéraux, de vitamines… Ne nous voilons pas la face, le corps est complexe, d’une ingéniosité incomparable mais compliqué.

Il a donc besoin de D-I-V-E-R-S-I-T-E ! Car il n’existe pas « un » aliment qui contiendrait l’ensemble de nos besoin comme on emmène sa voiture à la pompe !

  • mon conseil n° 1 : mangeons de façon diversifiée. Osons nous concocter des assiettes variées, mélangeons les denrées, goûtons pour le plaisir des papilles !

 

  • mon conseil n°2 : faisons-nous plaisir ! La nature nous a donné une langue et un nez capable à eux deux de nous offrir une palette immense de sensations gustatives ! Le salé, le sucré, l’amer, le doux, le piquant… A cela s’ajoute le croquant, le mou et encore le visuel avec la coloration des légumes, des fruits ! Quel plaisir pour nos sens ! A nous de combiner tout cela pour nous offrir des moments de bonheur.

Car oui, je revendique le plaisir de manger ! Ne sommes-nous pas dans l’ère de l’hédonisme c’est-à-dire dans la recherche du plaisir ? Alors pourquoi notre table ne serait que comptage de calories et interdictions ? Faisons-nous plaisir dans la diversité, testons de nouveaux goûts, rajoutons quelques épices ou aromatiques… Et savourons … Savourons. Cela m’amène à :

 

  • mon conseil n°3: prenons le temps de manger. Accordons-nous un minimum de temps aux heures de repas. Posons nos couverts entre 2 bouchées, prenons le temps de mâcher nos plats et d’en ressentir tout le goût pour les apprécier au maximum. Il est bon d’être dans le goût des aliments, d’être « là », dans ce « moment-repas ». Parce que tout cela à des conséquences :

1- nous profitons vraiment du goût des aliments et nous sommes alors moins tentés de se resservir pour retrouver ce goût trop vite parti.

2- Nous offrons à notre estomac des aliments réellement prémâchés et non pas de « gros morceaux » qui vont obliger l’estomac à un gros travail de broyage. Il en résulte un plus grand confort digestif après le repas, moins de lourdeur et moins de fatigue ce qui va nous réconcilier définitivement avec les repas !

3- de laisser le temps à notre cerveau de nous envoyer des messages pour nous dire que après cette bouchée, nous n’aurons bientôt plus faim et qu’il faudra songer à s’arrêter.

Et de ces derniers points, il ressort :

  • Mon conseil n°4: soyons attentifs à notre environnement. Il est important de se laisser un espace dédié au repas et d’éviter de faire 2 choses à la fois : manger et regarder la télé ou manger et travailler. Bon, certes, cela peut arriver parfois. Une fois n’est pas une habitude et n’a rien de dramatique. Et il y a rien de pire que de se culpabiliser dans ces moments-là. Mais le reste du temps, pourquoi ne pas respecter notre repas pour nous concentrer vraiment sur celui-ci et en retirer toute la satisfaction qu’il peut nous apporter ? Le repas peut aussi être pris à plusieurs, un moment où nous savourons ensemble un même plat. Et le partage est aussi un plaisir lié à l’alimentation qu’il ne faut pas oublier. Essayons juste dans ces moments, pris dans une discussion passionnante, de ne pas engouffrer à tout allure nos plats pour ressortir essoufflés, frustrés de n’avoir rien ressenti, lourds de n’avoir pas respecté notre estomac.
  • Mon conseil n°5 : écoutons et respectons les messages de faim et de satiété de notre corps. Il s’agit d’une des clefs d’une bonne alimentation, respectueuse de notre corps : être à l’écoute de soi-même. Car pourquoi manger si nous n’avons pas faim ? Cela signifie que notre corps a ce qu’il lui faut pour le moment. Pourquoi alors continuer à manger ? Il a reçu assez « d’essence » avec ce que nous venons de lui fournir…

Il est vrai que tous ces messages doivent être entendus. Le processus est assez complexe. Mais pour faire simple, ce qui se trouve dans l’estomac enclenche un signal qui monte au cerveau qui à son tour renvoi un message : soit de faim si le contenu de l’estomac est insuffisant, soit de satiété si nous avons assez avalé.

Et notre corps est intelligent : si nous avons mangé un petit plat très calorique, le message de satiété arrivera plus vite que si nous mangeons une assiette faiblement calorique. Mais si nous remplissons notre estomac avant de laisser le temps à l’estomac et au cerveau d’envoyer leurs messages, alors nous risquons de trop manger… et de stocker…

Conclusion

En résumé, tout cela pourrait rentrer dans un seul mot : le respect. Le respect de nous-même à tous les niveaux : offrons à notre corps de bonnes choses, des choses de bon goût qui lui procure du plaisir et que nous savourons dans une ambiance détendue. Offrons à notre estomac des aliments déjà bien mâchés, bien savourés qui nous procurerons légèreté. Écoutons notre corps pour ne pas le remplir lorsqu’il n’en a plus besoin ou ne pas le sous-nourrir lorsqu’il a faim.

Prenons du temps pour lui et il nous le rendra…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *